À faire

Le chemin de Compostelle au Portugal

Portugal Green Walks CC BY-NC-ND

Portugal Green Walks CC BY-NC-ND

Portugal Green Walks CC BY-NC-ND

Portugal Green Walks CC BY-NC-ND

Portugal Green Walks CC BY-NC-ND

Portugal Green Walks CC BY-NC-ND

Portugal Green Walks CC BY-NC-ND

Portugal Green Walks CC BY-NC-ND

 
 
 
 
 
 
 
 

Les chemins de Compostelle se croisent depuis des siècles au Portugal. Partez à la découverte du nord du pays, de ses paysages naturels ou citadins et temples religieux importants mais aussi à la découverte de soi. 

    • Histoire
    • Religion
    • Patrimoine
    • Culture
    • Gastronomie et vins
    • Accéder au Mont de Santa Luzia en empruntant l’ascenseur, installé en 1923 et récemment rénové, est une expérience à ne pas manquer.
    • Les centres historiques de Porto, Guimarães et Braga
    • La Cathédrale de Porto et ses cloîtres
    • Les paysages à couper le souffle du Gerês

Les chemins de Compostelle se croisent depuis des siècles au Portugal. Partez à la découverte du nord du pays, de ses paysages naturels ou citadins et temples religieux importants mais aussi à la découverte de soi. Si vous aimez les randonnées, sillonnez à pied les chemins de Compostelle. Sachez que si préférez suivre la route des pèlerins en voiture, trois jours suffiront pour parcourir le chemin de Compostelle au Portugal.

Ces chemins mènent à la Cathédrale de Saint-Jacques-de Compostelle en Espagne, qui abrite le tombeau de l’apôtre Saint Jacques, qui avait eu pour mission, avant son décès, d’évangéliser la péninsule ibérique, qui était alors une province romaine.

Vénéré depuis le IXème siècle, le culte de ce saint s’est répandu tout au long du Moyen Âge et donna lieu à de grands pèlerinages provenant des quatre coins de l’Europe.

En plein XXIème siècle, faites la connaissance de citoyens du monde entier partis à la découverte du tombeau de l’apôtre et découvrez, en cours de route, des endroits délicieux.

Le chemin de Compostelle constitue un réseau inextricable d’itinéraires jacobites provenant de toute l’Europe. Dans la région, trois chemins principaux mènent à Saint-Jacques de Compostelle, le long desquels il existait, autrefois, des auberges où les pèlerins pouvaient se reposer et être soignés, financées par les rois portugais, eux–mêmes dévots.

Le chemin le plus ancien est le chemin du nord, qui traverse des sites par lesquels Saint Jacques lui-même est passé: Rates, Guimarães et Braga, ville qui se disputait avec Compostelle le titre de centre de la Chrétienté de la péninsule.

Ce chemin disposait de variantes – une voie le long du littoral, le chemin primitif en ligne droite traversant le centre de la région - cet itinéraire médiéval passait par Barcelos et Ponte de Lima -, et, à l’est, la voie romaine qui traverse le Gerês jusqu’à Portela do Homem, faisant frontière avec l’Espagne.

L’itinéraire médiéval allant de Porto à Saint-Jacques-de-Compostelle, la route royale Porto–Barcelos–Valença, ne partageait avec l’ancienne voie militaire romaine qu’un ou deux tronçons urbains ainsi que les ponts toujours en place qui enjambent les ruisseaux aux eaux plus agitées.

Partez de Porto

Parcourez le premier chemin, au départ de Porto et sa Cathédrale. Consacrez une journée entière à la capitale du nord et commencez par visiter sa magnifique église-forteresse du XIIème siècle. La visite de la Cathédrale est obligatoire.

Depuis la place de la Cathédrale, descendez les rues en direction du fleuve Douro et explorez le centre historique, classé au Patrimoine mondial de l’Humanité par l’UNESCO. Parcourez les rues Escura et da Banharia, Mouzinho da Silveira, très mouvementée, ainsi que les rues das Flores et dos Caldeireiros. Cette dernière vous mènera jusqu’à l’ancienne prison (Cadeia da Relação) et la Tour dos Clérigos, deux monuments importants de la ville.

Dans cette zone, profitez-en pour savourer un repas léger dans l’un des nombreux restaurants et cafés du centre-ville ou pour faire des achats dans le célèbre Quartier des Arts ou rue de Cedofeita.

À Porto, séjournez dans sa belle zone riveraine (Ribeira). Nous vous suggérons l’hôtel Pestana Porto Hotel. Situé sur la muraille médiévale de la ville, l’hôtel occupe une partie d’un quartier d’immeubles concernés par le classement de l’UNESCO et datant des siècles XVI, XVII et XVIII. De par sa localisation privilégiée, bénéficiez du charme du quartier da Ribeira doté d’un ensemble pittoresque d’immeubles ayant conservé leur cachet d’origine.

Le lendemain, prenez le chemin longeant le littoral et arrêtez-vous à Rates, un petit village de la commune de Póvoa de Varzim, digne d’être visité, et où, si l’on en croit la légende, Saint Pierre, qui donna son nom à l’église romane qui s’y trouve, fut ordonné évêque par Saint Jacques.

Passez par Esposende et continuez jusqu’à Viana do Castelo. Là, salle de visites du Minho, ne manquez pas d’accéder au Mont de Santa Luzia et d’admirer le paysage défini par la mer et la Lima, rivière que les pèlerins enjambent par le pont romain de Lanheses.

Pour certains, le voyage à pied commençait ici, étant donné que, venus du centre et du sud ou de l’Europe méditerranéenne, les pèlerins arrivaient par la mer et débarquaient dans ce port.

Le soir, choisissez le Viana Business & Spa comme refuge. Situé dans une zone centrale de la ville, cet hôtel à l’architecture audacieuse alliée au confort et cadre raffiné de ses 87 chambres, dispose d’une agréable terrasse extérieure avec piscine, où vous pourrez vous détendre.

Consacrez la troisième et dernière journée de ce voyage aux magnifiques villes de Caminha, Vila Nova de Cerveira et Valença, à proximité de la frontière espagnole. Entourée de remparts, Valença est la principale porte de sortie du Portugal.

Par Guimarães et Braga

La route qui mène à Valença en passant par Guimarães, Braga, Barcelos et Ponte de Lima, toujours depuis Porto, constitue une alternative à la voie littorale.

D’après la légende, Saint Jacques serait passé par Guimarães, ville-berceau du Portugal dont le centre historique est inscrit au patrimoine mondial, et y aurait laissé une image de la Vierge Marie dans un temple qui se dressait alors dans l’actuelle place de  Santiago.

Puis vient Braga, où une place, une fontaine, une tour et un séminaire porte le nom de Saint Pierre de Rates.

Des pèlerins partaient également de la Cathédrale de Braga et l’Église de l’Hôpital de São Marcos était l’un des centres d’accueil les plus importants du chemin portugais.

En dehors de la ville, visitez le monastère de Tibães qui accueillait les pèlerins et la chapelle de São Frutuoso de Montélios, saint dont les reliques furent transférées à Saint-Jacques-de-Compostelle au XIIème siècle.

Le chemin passe ensuite par Barcelos, où une grande croix évoque le miracle du coq, à l’origine de son emblématique pièce d’artisanat en argile colorée. La légende raconte qu’un pèlerin accusé d’avoir commis un crime, demanda à Saint Jacques de lui venir en aide. Devant le juge, il clama son innocence. Le juge déclara qu’il ne le croirait que si le coq braisé sur sa table pour le dîner chantait trois fois; le coq chanta trois fois et le pèlerin fut libéré.

Les arrêts suivants sont Ponte de Lima et son pont romain, permettant depuis toujours aux pèlerins de traverser la rivière, et Valença.

Dans le parc de Peneda-Gerês

Finalement, la voie romaine (Geira) représente l’une des plus belles formes de se rendre à Saint-Jacques-de-Compostelle pour les amoureux de la nature, dont le point de départ est le barrage de Caniçada. Traversez le parc national de  Peneda-Gerês, où se trouve le Sanctuaire de São Bento da Porta Aberta, lequel fait également l’objet d’importants pèlerinages, et entrez en Espagne par Portela do Homem.

Cette option est particulièrement intéressante pour les amateurs d’archéologie, puisqu’elle longe l’ancienne voie romaine. Dans la zone du parc et sur près de 30 km, observez les murs, les ponts et les dizaines de bornes milliaires, portant des inscriptions datant des siècles I à IV, presque intacts.

Le chemin est facile à suivre, sans montées et descentes accentuées, et invite à la contemplation.

Par l’intérieur de la région

Si vous disposez davantage de temps dans le nord du Portugal, le chemin intérieur est également digne d’être emprunté. Reliant Viseu à Chaves, cet itinéraire regagna un nouveau souffle après la mise en place de panneaux de signalisation et l’ouverture d’auberges pour les pèlerins.

Ce chemin traverse les villes de Lamego et Vila Real et rejoint la Voie d’argent (Via da Prata), l’ancienne route commerciale romaine qui traversait la partie ouest de l’Espagne du nord au sud et  était empruntée par  les pèlerins venus de Séville en direction de Saint-Jacques-de-Compostelle. 

Comment arriver

Des vols à destination de Porto partent de Brême, Düsseldorf, Francfort, Karlsruhe, Munich, Dortmund, Zurich, Liverpool, Londres, Bordeaux, Carcassonne, Dole, La Rochelle, Lille, Lyon, Marseille, Nantes, Paris, Rodez, St. Etienne Toulouse, Tours, Barcelone, Madrid, Palma de Majorque, Valence, Bologne, Milan, Pise, Rome, Copenhague, Bruxelles, Amsterdam, Eindhoven, Rio de Janeiro, São Paulo et New York. 

Le métro est le meilleur moyen de rejoindre le centre de la ville de Porto depuis l’aéroport international Francisco Sá Carneiro. Le voyage dure environ 30 minutes.

Où nous trouver

Commentaires