À faire

Les villages viticoles dans la région du Douro

CC BY-NC-ND - Entidade Regional do Turismo do Douro CC BY-NC-ND - Entidade Regional do Turismo do Douro

CC BY-NC-ND 3.0 CS Vintage House Hotel CC BY-NC-ND 3.0 CS Vintage House Hotel

CC BY-NC-ND EcoTours CC BY-NC-ND EcoTours

 
 
 

Du paysage à la gastronomie, de l’architecture religieuse aux coutumes, six villages offrent le meilleur du Douro viticole.

    • Histoire et culture
    • Patrimoine
    • Nature
    • Gastronomie et Vins
    • Parcourir les villages viticoles et découvrir leur histoire et leur liaison avec la production de vin.
    • Goûter au muscat et au pain de Favaios, une petite part de la riche gastronomie de ces villages.
    • Découvrir le monastère de Salzedas, l’un des plus importants du Portugal. 
    • Visiter le pont fortifié d’Ucanha, unique au Portugal, et la tour respective de péage des siècles XII et XV.
    • Assister à production de chaussures fabriquées à la main par les cordonniers, un métier de grande tradition à Trevões.
    • Chaque année, en septembre et octobre, plusieurs fêtes populaires animent les villages.
    • Il est possible de prendre part aux vendanges. Entre septembre et octobre, nombre des vignes du Douro accueillent des touristes désireux de participer aux vendanges. Certaines proposent un hébergement. 

L’histoire de ces villages est intimement liée au vin. Parmi les centaines de villages situés dans la région du Douro, six ont été choisis, en 2001, pour recevoir la désignation de « village viticole ».

Favaios, Provesende, Barcos, Trevões, Salzedas et Ucanha ont été sélectionnés. Dans ces villages, protégés par des monts et des vallées à couper le souffle, vous trouverez un patrimoine riche et une gastronomie délicieuse. Ils méritent donc tous une visite prolongée.

Les villages sont particulièrement animés en septembre et octobre, époque qui coïncide avec les vendanges. Mais cela vaut la peine de visiter les six villages viticoles à toute époque de l’année. Grâce au projet des villages viticoles, une bonne partie du patrimoine architectonique et culturel de ces terres et ces gens a été récupérée et plusieurs traditions – de l’artisanat à la gastronomie – préservées, valorisées ou même sauvées de l’oubli.

Se promener dans les villages viticoles est découvrir des espaces qui semblent presque intacts au fil du temps, tels la beauté des étroites ruelles, des maisons blasonnées, des manoirs et des « quintas », des chapelles, des églises et des monastères. Toujours avec de merveilleux paysages pour théâtre.

C’est, en résumé, connaître le meilleur du Douro viticole, que l’UNESCO a classé en 2001 comme Patrimoine de l’Humanité.

Favaios et Provesende

Le voyage peut commencer à Favaios, dans la municipalité d’Alijó (Vila Real). Le village, situé sur un vaste plateau du contrefort de la montagne de Vilarelho, à trois kilomètres du siège de la municipalité, est célèbre pour son pain fait maison et le vin Muscat mais, en dépit de sa petite taille, il a beaucoup plus à offrir.

L’architecture religieuse marquera la visite de Favaios et les autres villages viticoles. Visitez l’église de Domingos, une construction de style néoclassique au clocher le plus élevé de la municipalité. Passez par la chapelle de Santa Bárbara, située au sommet de la montagne Santa Bárbara (bonus : une magnifique vue panoramique sur les vignes, les vallées et les montages du Douro), ainsi que les chapelles de São Paio, qui datent du XVIème siècle et de Santo António, du XVIIème siècle.

La Chapelle et la Maison de Santo António, l’un des exemples les plus intéressants des domaines seigneuriaux de la région du Douro, font partie de l’important ensemble architectonique du Largo da Praça et de la Rua Direita, construits presque tous aux XVIIIème et XIXème siècles.

Sur le Largo da Praça se distingue l’ancienne mairie, aujourd’hui convertie en Poste, avec traces d’architecture érudite baroque. Dans la Rua Direita, votre attention devra se porter sur la Maison Lopo Vaz Moutinho.

Favaios conserve des vestiges d’époques plus anciennes. Fondé à l’Âge de Fer, le Castro de Vilarelho, à 820 mètres de hauteur, permettait de contrôler le territoire d’un point de vue géostratégique. Il s’agit d’un village fortifié composé de deux lignées de murailles, bien conservées, et d’un champ de pierres en enfilade qui servait à empêcher l’avancée des ennemis.

Au centre de Favaios, le Manoir des Sepúlvedas et la Maison des Távoras, d’anciennes maisons nobles, méritent votre attention. L’édifice du XVIIIème siècle, connu comme « l’Œuvre » faisait partie de ces nobles manoirs. Actuellement, il abrite le Musée du Pain et du Vin, qui permet de voyager dans l’histoire et de découvrir le mode de fabrication des deux délices les plus célèbres de Favaios.

Après vous être ouvert l’appétit, vous pourrez parcourir les boulangeries artisanales qui cuisent le pain au feu de bois (ainsi que les miches ou les pains de viande, de sardine, d’œufs…) et visiter la Cave Coopérative de Favaios afin de découvrir le processus de vinification et apprécier le fameux Muscat. Mais la gastronomie locale n’est pas seulement le pain et le vin : goûtez à la « feijoada à transmontana » (type de cassoulet local), au chevreau braisé, au ragoût d’haricots ou à la soupe de raie.

Il a déjà porté le nom de San Joanes, actuellement c’est Provesende. Dans la municipalité de Sabrosa (Vila Real) se situe l’un des plus anciens villages du royaume portugais. C’est dans ce village que le viticulteur Joaquim Pinheiro de Azevedo Leite Pereira (1829-1918) a commencé son combat contre le phylloxéra, une peste du XIXème siècle qui a pratiquement détruit les vignes de la vallée du Douro et a mis fin à la production de vin de Porto.

Dans ce village de la rive nord du fleuve Douro, situé au sommet d’un plateau (synonyme de vues merveilleuses), se trouve la Chapelle de Santa Marinha, qui date du IVème ou Vème siècle, à la fin de l’empire romain. Elle a été un temple païen jusqu’à ce qu’elle ait été christianisée. Elle allait ensuite devenir une mosquée arabe, jusqu’à la reconquête chrétienne. Au cours de sa longue histoire, la chapelle a également été un monastère bénédictin.

Le voyage dans l’histoire de Provesende ne serait pas complète sans un passage par Castro de S. Domingos et sa chapelle, situé à 809 mètres de hauteur – la montée se fait avec une vue sur les terrasses viticoles et l’éblouissante vallée du Douro. Bien qu’il soit en ruines, le « castro » montre des vestiges datant de l’Âge de Fer, notamment des restes de murailles fabriquées en schiste. Passez également par le cimetière luso-romain, à proximité du Sanctuaire du Seigneur Jesus de Santa Marinha.

Provesende a été la terre du pouvoir et de la richesse, ainsi que le prouvent ses 11 manoirs et maisons blasonnées : depuis la gentilhommière « Casa da Calçada » à la « Casa da Praça », la plus ancienne maison de Provesende (elle date de 1460) en passant par la « casa do Fundo da Vila » construite au XVIIIème siècle par un descendant de Diogo Cão, un célèbre navigateur portugais du XVème siècle.

Erigé en 1578, le pilori de Provesende, classé comme monument d’intérêt public, souligne également l’importance politique et sociale de la terre. La fontaine de granit, datant de 1755, située au centre du village, mérite d’être admirée. Près de la fontaine, une boulangerie typique conserve les traces de l’an où elle ouvert ses portes, en 1940.

Barcos et Trevões

Sur l’une des berges du fleuve Távora se trouve Barcos, un village de la municipalité de Tabuaço (Viseu). À l’endroit de Santo Aleixo, à Barcos, aurait été construit le premier monastère de la région, pendant le Haut Moyen-âge.

L’histoire de Barcos remonte, au moins, à l’Âge de Bronze, selon les vestiges archéologiques trouvés sur le mont Sabroso, où il y a existé un « castro ». Dans le bois « Mata da Forca », on trouve des traces de la présence romaine, notamment des ruines d’un pressoir creusé à même la roche. Le village conserve diverses traces d’autres époques, en particulier du Moyen-âge, outre diverses propriétés, manoirs et domaines seigneuriaux qui soulignent l’importance de l’agriculture et de la viticulture pour l’économie locale. Le Manoir des Caiados, avec sa chapelle, est un monument à visiter.

L’église de Barcos, qui date du XIIème siècle, a été classée monument national en 1922 et sa visite est obligatoire – appréciez l’intérieur, où se distingue l’autel en pierre de taille dorée et le plafond peint, qui représente des scènes de la vie du Christ. Également en ce qui concerne l’architecture religieuse, nous conseillons de visiter le Sanctuaire de Santa Maria do Sabroso et de vous promener sur le vieux chemin de la Voie Sacrée, qui s’achève près de la chapelle de Santa Bárbara et prend vie pendant la Semaine Sainte. Autrefois, de nombreuses terres possédaient un « tour d’abandon », un lieu où les mères pouvaient laisser leurs nouveau-nés afin qu’ils soient pris en charge. Il en existe un à Barcos.

Une promenade à Barcos doit également inclure un passage par le Calvaire des Centenaires de Barcos, la Fontaine de la Place de l’Adro, l’ancien Four de la Confrérie et l’Ancienne Fontaine.

Une bonne manière de découvrir Barcos et les autres zones du Douro Viticole est à travers deux randonnées : la première, « les Terrasses du Douro », relie Tabuaço, Barcos et Adorigo, tandis que la seconde, « Histoire et Nature », traverse Barcos et Santa Leocádia.

Octobre est un bon mois pour visiter Barcos – c’est l’époque de la Fête des Vendanges –, mais c’est également l’époque du Carnaval, de divers rituels, parmi lesquels le « mariage » entre les jeunes de la paroisse et l’organisation de compétitions de jeux traditionnels.

Quant à la gastronomie, Barcos propose diverses alternatives savoureuses : du riz au four aux spécialités charcutières, en passant par les pâtisseries traditionnelles et des couvents. Parmi les innombrables recettes pâtissières du couvent se trouvent les « folares » (type de pain), les bonbons aux œufs, les miches faites maison, les crèmes de marrons et la soupe de châtaignes.

Trevões est un autre des points du parcours des villages viticoles mais, dans cette commune de la municipalité de São João da Pesqueira (Viseu), l’agriculture ne se développe pas uniquement à partir des vignes : il existe l’huile d’olive, les produits horticoles, les fruits, outre les bois provenant du sapin et de l’eucalyptus.

La foi marque l’histoire de la terre, ainsi que le démontrent les nombreuses chapelles et ermitages dans cette région. Soulignons la chapelle de Notre-Dame de la Conception, qui date du XVIIème siècle, située sur la place de la ville, et la chapelle du Martyr Saint Sébastien, la plus ancienne, qui date des XVIème et XVIème siècles. Lors de la Semaine Sainte se déroule la Procession du « Senhor dos Passos ». Dans le manoir de l’évêché, qui date du XVIIIème siècle, venez découvrir  « l’œil de l’évêque », un œilleton placé sur la façade sud qui servait à l’évêque pour vérifier si le nombre de fidèles était suffisant pour célébrer la messe.

Le Musée de Trevões renferme et divulgue l’histoire, la culture, les modes de vie et les traditions du village et de ses habitants. De nombreux arts traditionnels ont cessé d’être pratiqués, mais les cordonniers continuent de perpétrer la tradition. Avant d’abandonner Trevões, venez admirer comment sont fabriquées les chaussures à la main.

Salzedas et Ucanha

Salzedas, village viticole de la municipalité de Tarouca (Viseu), est le gardien de l’un des plus importants monastères du Portugal. Sa création est liée aux racines de la nationalité portugaise.

Le Monastère Cistercien de Santa Maria de Salzedas a été construit sous les ordres de Teresa Afonso (1100-1171). Au fil des siècles, le monastère a été rénové à plusieurs reprises. De sa primitive construction, il n’est possible que d’en admirer une petite chapelle. Ce sont les moines qui ont encouragé le développement agricole dans la région, en labourant les champs aux alentours du monastère, aujourd’hui classé monument national.

Le village de Salzedas est peuplé depuis longtemps – y sont passés, entre autres peuples, des Lusitaniens, des Romains, des Suèves, des Visigoths et des Musulmans. Sont également passés des juifs, dont la présence est visible dans le quartier de Quelho, l’ancienne juiverie de Salzedas. L’endroit conserve des marques de la ruralité des premiers temps – remarquez les rez-de-chaussée qui servaient d’étables pour les animaux et les auvents en bois.

Salzedas garde une œuvre du célèbre architecte et peintre Nicolau Nasoni, à l’origine du projet de la Tour des Clercs, à Porto – la Chapelle de l’Exil, qui date du XVIIème siècle, impressionnante par sa forme hexagonale et les carreaux de faïence dont elle est revêtue. Cela vaut également la peine de visiter le Pont Roman de Vila Pouca, à un seul arc, qui traverse le fleuve Varosa.

Avant de quitter les lieux, n’oubliez pas de goûter au Biscuit de Salzedas, également connu comme le Biscuit de Teixeira. À Salzedas, ce biscuit suit la recette traditionnelle des moines de Cister. Mais il existe un autre secret des moines qui, heureusement, s’est échappé des murs du monastère local : la liqueur de baies de sureau.

La municipalité de Tarouca compte un autre village viticole. Ucanha est l’un des plus anciens villages de la région. Les romains ont mis à profit les terres fertiles de la vallée du fleuve Varosa pour l’agriculture. Plus tard, à l’instar du village voisin de Salzedas, les moines ont joué un rôle primordial dans le développement de la terre. Preuve en est le pont fortifié (XIIème siècle), unique au Portugal, et la tour, qui sont le principal point de vue d’Ucanha.

La visite de ce village n’est pas complète sans découvrir l’église de Saint Jean l’Evangéliste, qui date du XVIIème siècle, dont les pièces en pierre taillée dorée contrastent avec la sobre architecture, et les ruines de la Vieille Abbaye.

Pour finir cette promenade dans les villages viticoles en beauté, venez déguster un autre vin produit dans la région : le mousseux. Goûtez ce vin accompagné d’une pâtisserie traditionnelle de la région (la combinaison est divine), pendant que vous admirerez les eaux calmes du fleuve Varosa.

Comment arriver

Diverses liaisons sont possibles pour la ville de Porto. Si vous choisissez une compagnie low-cost, plusieurs options sont disponibles depuis Londres (Stansted et Gatwick), Birmingham, Paris (Beauvais, Orly, Vatry et Charles de Gaulle), Marseille, Dole, Lille, Strasbourg, Tours, St. Etienne, Bordeaux, Lyon, Nantes, Madrid, Barcelone El Prat, Valence, Milan Bergame, Rome Ciampino, Bruxelles (Charleroi et Zaventem), Eindhoven, Maastricht, Amsterdam, Genève, Bâle/Mulhouse, Dortmund, Francfort Hahn, Karlsruhe Baden, Nuremberg, Hambourg Lübeck, Munich Memmingen et Düsseldorf Weeze.

En été, plusieurs compagnies aériennes low-cost assurent des liaisons depuis Liverpool, Dublin, Bologne, Toulouse, Clermont-Ferrand, Carcassonne, La Rochelle,  Limoges, Rennes, Las Palmas, Palma de Majorque, Tenerife et Bremen.

Sur les lignes régulières, vous pouvez voler vers Porto à partir de Londres (Gatwick et Heathrow), Madrid, Barcelone, Munich, Francfort, et Paris Orly, Caracas, Genève, Luxembourg, Amsterdam, Milan Malpensa, Luanda, Zurich, New-York, São Paulo, Rio de Janeiro, Bruxelles Zaventem, Rome Fiumicino, Toronto et Luanda. En été, vous pouvez également voler à partir de Montréal, Minorque, Brest et Brive.

À partir de Porto, l’autoroute A4 est la route la plus pratique pour arriver dans la région du Douro. Pour continuer vers Favaios et Provesende, prenez l’IC5. Pour visiter Barcos et Trevões, sortez sur l’A4, prenez l’A24 et poursuivez sur la N222. Pour aller à Salzedas et Ucanha, prenez l’A24 et la N226.

Commentaires