Parcourant les secrets de la Terre Froide

Sur la Route de la Terre Froide de Trás-Os-Montes – qui englobe les communes de Bragance, Miranda do Douro, Mogadouro, Vimioso et Vinhais – vous découvrirez des villages et des villes riches en patrimoine, ainsi que la beauté des falaises, vallées, montagnes et une gastronomie hors pair.  

Traditional Smoked Sausages CC BY-NC-ND - Associação de Turismo do Porto e Norte, AR

Cidadela Bragança CC BY-NC-ND Município Bragança

 
 

Il y a  455 kilomètres à parcourir en passant par Bragance, Miranda do Douro, Mogadouro, Vimioso et Vinhais, cinq communes du district de Bragance qui en recense douze. La Route de la Terre Froide de Trás-Os-Montes est longue mais se parcourt au rythme des souhaits et du temps de chaque visiteur. Le parcours complet est composé de 11 tronçons mais vous pouvez commencer  par n’importe quelle « Porte des Tronçons », nom donné aux articulations entre la route et les axes principaux du réseau routier national.

Ce parcours traverse plusieurs hameaux, villages et villes et montre les anciens châteaux et églises d’antan que le peuple a conservés, les vallées blotties, les vues imprenables sur le Douro et autres fleuves, les paysages et maisons en schiste et granite, les prés marécageux, les chênaies, les châtaigneraies et plusieurs hectares d’amandiers (entre mars et avril, les amandiers fleurissent,  recouvrant le paysage d’un manteau blanc et rose.)

Visiter la région l’été c’est retrouver un climat chaud et sec alors que l’hiver, la vie locale et le paysage sont marqués par le froid, la pluie et la neige, surtout près de la montagne de Montesinho et sur les hauteurs. Le climat changeant et l’intervention de l’homme expliquent la diversité des paysages.

La Route de la Terre Froide de Trás-Os-Montes peut être parcourue en voiture (la meilleure option si vous voulez connaître à fond ce bout de territoire du Nord-ouest portugais), à pied ou à vélo. Les cinq sièges de commune vous proposent des « Portes de la Route », des points d’information (sur papier ou multimédia) ainsi que des activités : dégustations, évènements culturels ou démonstrations de métiers traditionnels. Tout au long du parcours, vous pourrez compter sur le support de kiosques multimédia situés sur les « Portes des Tronçons. »

Le premier tronçon commence au village de Quintanilha – la porte de la route la plus proche de la frontière espagnole – et se termine à Avelanoso. Vous  découvrirez la Chapelle de Notre Dame de Ribeira,  un temple gothique du 13e Siècle  à Quintanilha puis l’imposante basilique de Santo Cristo  à Outeiro. Vous passerez par le village de Vimioso puis par de petits villages fabriqués en schiste, une constante tout au long de la Route de la Terre Froide.

Le deuxième tronçon  (Avelanoso – Constantim) est le plus court du parcours.  S. Martinho de Angueira sur le fleuve  Angueira est immanquable. Cette peuplade existe au moins depuis le 13e Siècle. Un détour de cinq kilomètres sur la route nous transporte jusqu’au Sanctuaire de Notre Dame do Nazo, une dévotion qui remonte probablement au Moyen Âge. Son temple principal est positionné de manière à nous offrir une vue imprenable sur le plateau et les cinq chapelles qui l’entourent.   

Arrivés à Constantim, nous entamons le troisième tronçon en direction de Sendim. L’Église Paroissiale de Constantim propose une des plus belles vues panoramiques de la région et la vue s’étend du plateau aux montagnes de Montesinho, Nogueira, Bornes et Mogadouro (nous apercevons même le village espagnol de Brandilanes). Laissez-vous émerveiller par les « Canons du Douro », les falaises qui abritent certains rapaces tels que l’imposant aigle royal et le vautour d’Egypte, oiseau migrateur qui se trouve dans la région en été.

Encore sur le troisième tronçon, Aldeia Nova mérite le détour à cause de la Chapelle de S. João et du castrum de  S. João das Arribas. Non loin de là, se trouve la ville de  Miranda do Douro dont les anciens quartiers sont à voir absolument. Les autels des églises sont exceptionnels. Miranda do Douro est également connue pour ses traditions –   des  « Pauliteiros » de Miranda qui pratiquent une danse guerrière à la langue « mirandês » en passant par la gastronomie (la « posta » est une référence nationale.)  

En arrivant à Sendim, village qui accueille le fameux festival de musique folk, le Festival Interceltique de Sentim, nous entamons le quatrième tronçon à destination de Mogadouro, un petit village impeccablement organisé. Pour nous y rendre, le chemin est parsemé de surprises.

Arrivés au village de  Palaçoulo, nous pouvons acheter un couteau artisanalement forgé par les couteliers locaux. A  Tó, l’Église Paroissiale de Santa Maria Madalena est l’une des plus célèbres (et mieux conservées) de la commune de Mogadouro. A  Ventozelo, appréciez les fresques du 18e Siècle et les personnages du Chemin de Croix en taille réelle de la Chapelle Senhor da Boa Morte, que la famille Tavora a fait construire à la fin du 17e Siècle. Si vous avez pris la voiture, garez-vous à Urrós et parcourez le chemin en terre battue qui vous transportera jusqu’aux rives du Douro au milieu des vignes, oliviers et amandiers. Vous découvrirez une des plus belles vues à partir du fleuve.  

À  Mogadouro, visitez le centre-ville et le château, son donjon et quelques vestiges de muraille. C’est le point du départ du cinquième tronçon qui passe par trois rivières qui se déversent dans le Douro –  Angueira,  Sabor et Azibo. Vous passerez par Castro Vicente pour voir son patrimoine comme la Chapelle de Senhor da Fraga et par Penas, ancien siège de la commune, aujourd’hui connu pour son château et pour « Fraga da Letra » où il existe un ensemble de peintures schématiques qui remontent vraisemblablement au 2e Siècle Av. JC.  

Le sixième tronçon (Algoso – Salsas) est dominé par deux espèces d’arbres : l’olivier et le châtaigner. A plus de 600 mètres d’altitude, sur une falaise au-dessus de la rivière  Angueira, se dresse le petit château d’Algoso marqué par une longue histoire d’occupation entre l’Âge du Bronze et l’Âge Moderne. Uva figure parmi les nombreux villages de la Terre Froide où l’architecture populaire marque le paysage. Les maisons sont construites en petites pierres de schiste et la localité recense plus de 30 pigeonniers dont plusieurs ont été récupérés.

La rivière Sabor fait frontière entre Vimioso et Bragance. Nous arrivons à Izeda, le village le plus important de la commune de Bragance après le siège de la commune. Une visite au Centre Muséologique d’Izeda, un ancien moulin à huile transformé en espace de diffusion de l’huile d’olive nous apprend comment fonctionnaient les anciens moulins à huile d’olive.

Le prochain tronçon part du petit village de Salsas en direction de Zoio. Nous ne perdrons jamais de vue la montagne de Nogueira et ses chênaies. Un passage par  Santa Comba de Rossas nous montre ce qu’il reste de l’ancienne gare de la Ligne de Tua, la gare la plus en hauteur du pays (située à 849 mètres d’altitude) à l’Âge d’Or des chemins de fer portugais. A côté du panneau indiquant  Paçó, vous verrez un arrêt de transports en commun assez insolite, doté d’un toit et d’une cheminé, afin de contrarier les rigueurs de l’hiver. Il y en aura d’autres sur la Route de la Terre Froide.  

Parallèlement à la voie rapide, il existe une route pleine de virages qui nous conduit jusqu’à Bragance. Quitter le parcours nous permet de découvrir le siège de la commune. La visite de Bragance doit obligatoirement passer par l’ancienne cathédrale et par le château édifié au 13e Siècle. Le centre historique médiéval gardé par les murailles est l’un des grands témoignages de l’architecture civile médiévale au Portugal - Domus Municipalis -  qui abritait le sénat de la ville.

Une autre déviation nous transporte jusqu’à Castro de Avelãs, monument national qui conserve le fond de l’église d’un ancien monastère clunisien, probablement antérieur au 12e Siècle.  

Le petit village de Zoio marque le début du huitième tronçon. L’Église Paroissiale est à visiter absolument surtout à cause de son intérieur. Une destination est cependant immanquable sur ce huitième tronçon : le village de Vinhais et sa délicieuse gastronomie. Le chemin comprend une descente de la vallée du Tuela qui, pour nous ouvrir l’appétit,  nous offre des vues magnifiques sur les peupliers, les aulnes et les frênes  qui se dressent au bord de l’eau ainsi que sur les chênes et les châtaigners séculaires gigantesques.

Au pied  du pont médiéval de Ranca sur la rivière Tuela, vous pourrez faire un pique-nique ou une simple pause avant de vous rendre à Vinhais. Arrivé au village, rentrez dans le quartier historique par la porte principale de l’ancienne forteresse, cherchez l’église paroissiale et découvrez le pilori. Visitez la demeure du Comte de Vinhais transformé en centre culturel et la Demeure de Corujeira. Admirez les autels baroques du Couvent de  St. François et de la chapelle qui le jouxte.

Vinhais est un excellent moyen de connaître la gastronomie de la région. Ce n’est pas par hasard que Vinhais organise une importante foire de charcuterie. Nous sommes dans une espèce de capitale de cet art d’exposer les viandes au fumage pour les conserver et les doter de toute leur saveur. Allié à la qualité des viandes, le fumage donne aux jambons, saucisses,  saucissons et boudins tout leur goût, qu’il soit amer ou sucré. Les mets de Vinhais sont connus dans tout le pays. Avant de quitter ce village, faites un tour au Parc Biologique de Vinhais pour découvrir le patrimoine naturel de la région. 

Le neuvième tronçon commence à Sobreiró de Cima. Nous longeons les rives de Rabaçal pour arriver sur les hauteurs de Coroa. Le village de Tuizelo est immanquable surtout en raison de son église baroque avec sa nef et ses autels en boiseries dorées. A  Vila Seco, demandez aux habitants de vous montrer les caves à vin enfouies pour mettre le vin à l’abri des rigueurs du climat.

L’arrêt à  Moimenta, début du dixième tronçon est inoubliable. La vie communautaire de ce village est à découvrir car les granges, les moulins à huile, les fontaines et la forge d’autrefois y sont encore conservés, faisant de Moimenta un des villages les plus intéressants de la Terre Froide. Nous parcourons une partie de Montesinho avant d’arriver à Rio de Onor, peut-être le village du nord-ouest portugais le plus emblématique.

C’est à  Rio de Onor qui fait partie du Parc Naturel de Montesinho que commence le dernier tronçon de cette route qui s’achèvera là où nous avons commencé (Quintanilha). Comme au Moyen Âge, Rio de Onor est toujours un village communautaire comme l’atteste le partage des fourneaux, terrains agricoles, moulins ou même du troupeau, gardé à tour de rôle par les voisins qui vivent sur les terrains appartenant à tout le monde.

Les maisonnées en schiste montrent des images dignes d’une carte postale. La plage fluviale à côté des eaux limpides de la rivière Onor (connue également sous le nom de Contensa) vous invite à un repos bien mérité après tant de kilomètres à la découverte de la Terre Froide.  

Une région à table

Le porc de race Bisaro est l’un des rois de la gastronomie régionale connue dans tout le pays au même titre que le steak de veau de race autochtone (la « posta » de Miranda aussi célèbre que succulente,  préparée avec juste ce qu’il faut de sel et de feu de bois pour être délicieuse).  

La région est connue pour sa « posta », son boudin « ao butelo » son chorizo de « bofes » et son « salpicão » mais bien d’autres délices sont à découvrir, telles que les «  broinhas » aux noix à la mode de Bragance, le « folar », le chevreau de  Montesinho, l’agneau rôti, le ragout de congre, les truites et les différentes variétés de champignons…

Concentrons-nous sur le porc de race Bisaro, le roi de la charcuterie traditionnelle de la région. L’histoire de la Terre Froide est liée à cet animal depuis des siècles comme l’attestent les différentes sculptures de porcs de race bisaro éparpillées dans tous les villages. Nous sommes loin de la production animale à grande échelle, ce qui explique également la qualité unique de ces viandes. Ici, le porc est nourri à base de produits provenant de l’agriculture locale : châtaignes, betteraves, pommes de terre, choux, navets, entre autres.  

Si vous voulez découvrir la gastronomie de la Terre Froide, visitez la Foire de Charcuterie de Vinhais, évènement gastronomique majeur au Portugal. Il a lieu tous les ans au mois de février.

Masques et langages

Dans presque tous les villages du nord-ouest de Trás-Os-Montes, plusieurs rituels se produisent entre Noël et l’Épiphanie. C’est le cas de la Fête des Garçons.

Pratiquement tous les villages au nord-ouest de Trás-Os-Montes, entre Noel et le Jour des Rois, suivent plusieurs rituels célèbres tels que la Fête des Garçons.

Ces célébrations païennes du solstice d’hiver sont très anciennes, vraisemblablement antérieures à la christianisation de la Péninsule Ibérique. Cette fête met en scène les plus jeunes membres de la communauté qui peuvent dissimuler leurs « excès » et folies derrière les masques artisanaux qui leur couvrent le visage.  Ce rituel marque le passage des jeunes à l’âge adulte.

Vila Boa, dans la commune de Vinhais, abrite l’atelier du fabricant de masques en bois qui sont de véritables objets d’art populaire.   

Le « mirandais » est une autre tradition très ancienne. Ce n’est ni un dialecte ni une variation du portugais mais plutôt une langue de plein droit provenant du latin. Il existe plusieurs variantes locales : le « guadramilês », le «riodonorês » et le « sendinês » parlées dans les régions de Guadramil, Rio de Onor et Sendim.

La population locale est encore bilingue de nos jours et le « mirandais » est actuellement appris dans les écoles de la région, après avoir été officiellement reconnu comme langue européenne minoritaire et deuxième langue officielle du Portugal.  

Comment arriver

Il existe plusieurs vols directs à destination de Porto. Si vous choisissez une low-cost, il  existe plusieurs vols au départ de Londres (Stansted et Gatwick), Birmingham, Paris (Beauvais, Orly, Vatry et Charles de Gaulle), Marseille, Dole, Lille, Strasbourg, Tours, St. Etienne, Bordeaux, Lyon, Nantes, Madrid, Barcelone El Prat, Valence, Milan Bergame, Rome Ciampino, Bruxelles (Charleroi et Zaventem), Eindhoven, Maastricht, Amsterdam, Genève, Bâle/Mulhouse, Dortmund, Francfort Hahn, Karlsruhe Baden, Nuremberg, Hambourg Lübeck , Munich Memmingen et Düsseldorf Weeze.

L’été, plusieurs compagnies assurent des vols au départ de  Liverpool, Dublin, Bologne, Toulouse, Clermont Ferrand, Carcassonne, La Rochelle, Limoges, Rennes, Las Palmas, Palma de Majorque, Tenerife et Brême.

Les compagnies traditionnelles vous proposent des vols vers Porto à partir de  Londres (Gatwick et Heathrow), Madrid, Barcelone, Munich, Francfort et Paris Orly, Caracas, Genève, Luxembourg, Amsterdam, Milan Malpensa, Luanda, Zurich, New York, Sao Paulo, Rio de Janeiro, Bruxelles Zaventem, Rome Fiumicino, Toronto, et Luanda. L’été, il existe également des vols à partir de Montréal, Minorque, Brest et Brive.

A partir de Porto, emprunter l’autoroute A4 est la manière la plus directe d’arriver à la Terre Froide. Deux heures et demie plus tard, vous arriverez à Quintanilha, le village où commence la Route de la Terre Froide. Bragance, capitale de district, se trouve à 22 kilomètres de Quintanilha. 

Be inspired

Choose your journey, find new places, have some fun and create memories for a lifetime.

En savoir plus

Articles liés

Trás-os-Montes

En savoir plus

Tras-os-Montes: patrimoine bâti, historique et culturel

En savoir plus

Tras-os-Montes: Entre le sacré et le profane

En savoir plus